Un processus de destruction

Les Français ne veulent pas travailler

En fait, la majorité des français ne veut pas travailler. Certes, il subsiste une partie non négligeable de la population qui aime travailler et qui détient le record mondial de la productivité horaire. Mais la majorité exige des conditions de vie, sans contribuer pour les avoir. Ce sont les autres qui doivent produire les efforts à leur place. Ainsi :

Les employés américains travaillent en moyenne 35 heures par semaines contre seulement 30 heures/s pour les Français.
Les congés payés représentent en moyenne en France 30 jours contre 5 jours en Chine et 10 jours au Japon.
En France l’âge moyen est de 59 ans contre 70 ans au Japon et 65 ans aux USA au Japon et en Russie.

LLe taux de taxes individuel est parmi les plus élevés dans le monde économiquement développé en France. Pour tromper les classements, la France est passée maître dans l’art d’empiler les différents types d’impôts.
Ce ne sont pas les taux des impôts en eux‐mêmes qu’il faut regarder, mais la quantité d’impôts qui se cumulent les uns aux autres, de manière à rendre le coût du travail prohibitif.

Bienvenue dans le monde magique d’un pays qui ne veut pas travailler et qui s’organise pour le rendre impossible… Attention, je n’ai rien contre la qualité de la vie (On peut ainsi penser à soi dans ces moments là www.kocwc.org/implant-capillaire.html ). Bien au contraire. Mais la qualité ne doit JAMAIS se développer au détriment de l’instinct de survie.
Or, il s’agit bien de cela actuellement : la survie économique et matérielle de la France ! Un processus de destruction est enclenché, piloté par une caste de parasites.